Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Vous êtes dans : Accueil > Institut Formation Soins Infirmiers > Présentation de l'IFSI - IFAS > La formation aide-soignante

La formation aide-soignante

1) Éléments du cadre règlementaire

  • Arrêté du 25 janvier 2005 modifié relatif aux modalités d’organisation de la VAE pour l’obtention du DEAS, dont :
  - annexe IV : "référentiel d'activités" et
  - annexe V : "référentiel de compétences".
  • Arrêté du 22 octobre 2005 modifié relatif à la formation conduisant au DEAS, dont :

  - annexe I : "référentiel de formation".

  • Circulaire du 19 février 2007 relative à la mise en oeuvre de la réforme dans les études conduisant au D.E.A.S.
  • Instruction DGOS du 10 juillet 2014 relative aux dispenses de formation pour l'obtention des D.E.A.S. et D.E.A.P. 

 2) La formation

Finalité :

« L’aide-soignant exerce son activité sous la responsabilité de l’infirmier, dans le cadre du rôle propre dévolu à celui-ci, conformément aux articles  R.4311-3 à R.4311-5 du Code de la Santé Publique.
Dans ce cadre l’aide soignant réalise des soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution de l’autonomie de la personne ou d’un groupe de personnes. Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins. L’aide-soignant accompagne cette personne dans les activités de sa vie quotidienne, il contribue à son bien-être et à lui faire recouvrer, dans la mesure du possible, son autonomie.
Travaillant le plus souvent dans une équipe pluriprofessionnelle, en milieu hospitalier ou extra-hospitalier, l’aide-soignant participe, dans la mesure de ses compétences et dans le cadre de sa formation, aux soins infirmiers préventifs, curatifs ou palliatifs. Ces soins ont pour objet de promouvoir, protéger, maintenir et restaurer la santé de la personne, dans le respect de ses droits et de sa dignité. »

Cf. annexe I à l’arrêté du 22 octobre 2005 modifié relatif à la formation  conduisant au Diplôme d’Etat d’aide-soignant.

 

Durée de la formation en parcours complet :
L’ensemble de la formation conduisant au DEAS comprend 41 semaines soit 1435h d’enseignement théorique et clinique, en institut et en stage, réparties en 17 semaines soit 595h d’enseignement théorique et 24 semaines soit 840h de stages cliniques.
 

3) Modes d’accès à la formation et au diplôme

Formation complète ("droit commun") :

  • effectuée après admission aux épreuves de sélection.
  • effectuée, par dérogation, sans se présenter aux épreuves de sélection, pour les ASHQ de la fonction publique hospitalière réunissant au moins 3 ans de fonction en cette qualité et sélectionnés selon les modalités prévues par leur statut.  (Cf. art. 14 de l'arrêté du 22 octobre 2005 modifié précité)
Formation partielle :

Titulaires d'un baccalauréat professionnel "Accompagnement, Soins, Services à la Personne" (ASSP) :    

  - ils sont dispensés des modules de formation 1 "accompagnement d'une personne dans les activités de la vie quotidienne", 4 "ergonomie", 6 "hygiène des locaux hospitaliers", 7 "transmission des informations" et 8 "organistaion du travail" 

  - ils doivent suivre les modules de formation 2, 3 et 5, et effectuer 12 semaines de stages pendant lesquelles sont évaluées les compétences correspondantes.   

  Admission en formation après des modalités de sélection, voir p. 15.

→ Titulaires d'un baccalauréat professionnel "Services Aux Personnes et Aux Territoires" (SAPAT) :  

  - ils sont dispensés des modules de formation 1 "accompagnement d'une personne dans les activités de la vie quotidienne", 4 "ergonomie", 7 "transmission des informations" et 8 "organisation du travail"  

  - ils doivent suivre les modules de formation 2, 3, 5 et 6, et effectuer 14 semaines de stages pendant lesquelles sont évaluées les compétences correspondantes.   

  Admission en formation après des modalités de sélection, voir p.15.

→ Passerelle : sont dispensées d’un certain nombre d’unités de formation les personnes titulaires : 

  •  d’un diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture
  • d’un diplôme  d’ambulancier
  • d’un  diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale
  • d’une mention complémentaire d’aide à domicile
  • d’un diplôme d’Etat d’aide médico-psychologique
  • d’un titre professionnel d’assistant de vie aux familles  

  Admission en formation après des modalités de sélection, voir p.16.

→ Validation des Acquis de l’Expérience :  en cas de validation partielle des compétences, le candidat peut opter pour le suivi et l’évaluation de l’unité ou des unités de formation correspondant aux compétences non validées.   

→ Titulaire d'un diplôme d'AS par un Etat membre de l'Union Européenne  ou Espace économique européen dans lequel la formation n'est pas règlementée ou présente des différences substantielles avec la formation française au D.E.A.S : ils peuvent être dispensés de certaines unités de formation.

4) Conditions d’accès aux épreuves de sélection "droit commun", formation complète (conditions d'inscription) :

  • être âgé de 17 ans au moins à la date de l’entrée en formation
  • sont dispensés de l’épreuve écrite d’admissibilité :
    • les candidats titulaires d’un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV  ou enregistré à ce niveau au répertoire national de certification professionnelle, délivré dans le système de formation initiale ou continue français (baccalauréat, ...)
    • les candidats titulaires d’un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social homologué au minimum au niveau V , délivré dans le système de formation initiale ou continue français (B.E.P. Carrières Sanitaires et Sociales, B.E.P.A.Option Service, Spécialité : Service  aux Personnes, C. A. P. Petite Enfance, …)
    • les candidats titulaires d’un titre ou diplôme étranger leur permettant d’accéder directement à des études universitaires dans le pays où il a été obtenu ;
    • les étudiants ayant suivi une première année d’études conduisant au Diplôme d’État d’Infirmier et n’ayant pas été admis en deuxième année.
  • se présentent à l’épreuve écrite d’admissibilité : tous les autres candidats (aucune condition de diplôme n’est requise)

Par ailleurs, les candidats français âgés de moins de 25 ans doivent justifier de leur situation au regard de leurs obligations de recensement et de participation à la journée d’appel de préparation à la défense pour être autorisés à s’inscrire au concours (cf. loi du 28 octobre 1997 portant réforme du service national).

5) Nature des épreuves de sélection "droit commun"

Elles sont au nombre de deux :

  • une épreuve d'admissibilité
  • une épreuve d'admission.

- L’épreuve écrite d'admissibilité, d’une durée de 2h, se décompose en 2 parties :

a) A partir d’un texte de culture générale d’une page maximum et portant sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social, le candidat doit :

  • dégager les idées principales du texte,
  • commenter les aspects essentiels du sujet traité sur la base de deux questions au maximum.

Cette partie est notée sur 12 points et a pour objet d’évaluer les capacités de compréhension et d’expression écrite du candidat.

b) Une série de dix questions à réponse courte :

  • cinq questions portant sur des notions élémentaires de biologie humaine,
  • trois questions portant sur les quatre opérations numériques de base,
  • deux questions d’exercices mathématiques de conversion.

Cette partie a pour objet de tester les connaissances du candidat dans le domaine de la biologie  humaine ainsi que ses aptitudes numériques. Elle est notée sur 8 points.

Les candidats ayant obtenu une  note supérieure ou égale à 10 sur 20 sont déclarés admissibles.

- L’épreuve orale d'admission , qui consiste en un entretien d’une durée de vingt minutes maximum avec deux membres  du jury, précédé de dix minutes de préparation, se divise en 2 parties :

a) Présentation d’un exposé à partir d’un thème relevant du domaine sanitaire et social et réponse à des questions. Cette partie, notée sur 15 points, vise à tester les capacités d’argumentation et d’expression orale du candidat ainsi que ses aptitudes à suivre la formation,

b) Discussion avec le jury sur la connaissance et l’intérêt du candidat pour la profession d’aide-soignant. Cette partie, notée sur 5 points, est destinée à évaluer la motivation du candidat.

Peuvent se présenter à l'épreuve d'admission :

  • Les candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 10 sur 20 à l'épreuve écrite d'admissibilité ;
  • Les candidats possédant un des diplômes ou titres leur permettant d’être dispensés de l’épreuve écrite d’admissibilité.

Pour pouvoir être admis, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à dix sur vingt à l'épreuve orale d’admission.

6) Conditions et modalités d’admission en formation

a) Résultats :

A l’issue de l’épreuve orale d’admission et au vu de la note obtenue à cette épreuve, le jury établit la liste de classement ; cette liste comprend une liste principale et une liste complémentaire.

Les résultats sont affichés au siège de l'Institut. Tous les candidats sont personnellement informés par écrit de leurs résultats. Si dans les 10 jours suivant l'affichage un candidat  classé sur la liste principale ou sur la liste complémentaire n'a pas confirmé par écrit son souhait d’entrer en formation,   il est présumé avoir renoncé à son admission ou à son classement sur la liste complémentaire et sa place est proposée au candidat inscrit en rang utile sur la liste complémentaire.

Ces épreuves de sélection étant organisées au niveau départemental , les candidats choisissent leur école d'affectation en fonction de leur rang de classement et des vœux  qu’ils ont exprimés.

N. B. : Lorsque, dans un institut ou un groupe d’instituts, la liste complémentaire établie à l’issue des épreuves de sélection n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des places offertes, le directeur ou les directeurs des instituts concernés peuvent faire appel à des candidats inscrits sur la liste complémentaire d’autres instituts, restés sans affectation à l’issue de la procédure d’admission dans ceux-ci. Ces candidats sont admis dans les instituts dans la limite des places disponibles. Parmi les candidatures reçues par un institut, la priorité est accordée à celles émanant de candidats ayant satisfait aux épreuves de sélection dans le département ou la région, en fonction du choix opéré pour l’organisation du concours.

b) Conditions médicales :

Si aucun certificat médical n'est demandé au candidat avant son admission, il doit toutefois s'assurer , avant le concours, qu'il ne se pose aucun problème d'ordre médical susceptible d'empêcher son admission en cas de succès.

L’admission définitive  dans un institut de formation est subordonnée :

  • à la production, au plus tard le premier jour de la rentrée , d’un certificat médical établi par un médecin agréé attestant que le candidat ne présente pas de contre-indication physique et psychologique à l’exercice de la profession,
  • à la production, au plus tard le jour de la 1ère entrée en stage , d’un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France (c’est-à-dire vaccinations anti-diphtérique, anti-tétanique, anti-poliomyélitique, contre l’hépatite B, et anti-tuberculeuse, cf articles L 3111-4 et R 3112-1 du Code de la Santé Publique et arrêté du 2 août 2013).

7) Coût de la formation, aides financières

Cursus complet :

Pour l’année scolaire 2017/2018, les frais de formation s'élèvent à 5200 euros.

  • Cette somme pourra être prise en charge en totalité par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes dans les situations suivantes :

- jeunes en poursuite d’études à condition qu’ils soient sortis du système de formation initiale (dont préparation au concours) depuis moins de 12 mois à la date d’entrée en formation (fournir un certificat de scolarité ou une attestation de formation établie par le dernier établissement fréquenté avant son entrée en formation)

- demandeurs d’emploi (inscrits à Pôle emploi avant le début de la formation).

  •  Cas d’exclusion de la prise en charge par le Conseil Régional (concernant les 2 catégories de publics ci-dessus) :

- demandeurs d’emploi ayant mis fin à un CDI par démission ou rupture conventionnelle au cours des 4 mois qui précèdent l’entrée en formation, si ce CDI avait une quotité de temps de travail supérieure à un mi-temps

- personnes titulaires d’une certification du secteur sanitaire et social, si celle-ci a été obtenue au cours des 3 dernières années et que la formation permettant d’y accéder a été financée par un organisme quel qu’il soit (Région, Pôle emploi, employeur, OPCA, OPACIF,...) ; le délai de 3 ans est apprécié entre la date d’obtention de la certification et la date d’entrée en formation.

Bourse Régionale d’Etudes :

Son obtention, décidée par le Président du Conseil régional après instruction du dossier de demande par ses services, est soumise à des conditions de statut et de ressources.

Sont exclus des bourses : les salariés ou demandeurs d’emploi percevant une allocation.

La bourse est accordée au prorata de la durée de la formation. 

A titre indicatif, pour 2016/2017, le montant annuel maximum des bourses régionales attribuées aux étudiants des IFAS d’Auvergne était de 6048 €.

 

Cursus partiel :

Le montant est fixé pour chaque module de formation sur la base de 9 euros par heure en institut. Cette somme pourra être prise en charge par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes sous certaines conditions et sera limitée aux seuls modules obligatoires pour valider le diplôme préparé.

  • Prise en charge par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes dans les situations suivantes :

- jeunes en poursuite d’études à condition qu’ils soient sortis du système de formation initiale (dont préparation au concours) depuis moins de 12 mois à la date d’entrée en formation (fournir un certificat de scolarité ou une attestation de formation établie par le dernier établissement fréquenté avant son entrée en formation)

- demandeurs d’emploi (inscrits à Pôle emploi avant le début de la formation).

  • Cas d’exclusion de la prise en charge par le Conseil Régional (concernant les 2 catégories de publics ci-dessus) :

- demandeurs d’emploi ayant mis fin à un CDI par démission ou rupture conventionnelle au cours des 4 mois qui précèdent l’entrée en formation, si ce CDI avait une quotité de temps de travail supérieure à un mi-temps

- personnes titulaires d’une certification du secteur sanitaire et social, si celle-ci a été obtenue au cours des 3 dernières années et que la formation permettant d’y accéder a été financée par un organisme quel qu’il soit (Région, Pôle emploi, employeur, OPCA, OPACIF,...) ; le délai de 3 ans est apprécié entre la date d’obtention de la certification et la date d’entrée en formation.

 NB : En cas de redoublement, la prise en charge du parcours n’est accordée qu’une seule fois.

 

Bourse Régionale d’Etudes :

Son obtention, décidée par le Président du Conseil régional après instruction du dossier de demande par ses services, est soumise à des conditions de statut et de ressources.

Sont exclus des bourses : les salariés ou demandeurs d’emploi percevant une allocation.

La bourse est accordée au prorata de la durée de la formation.

A titre indicatif, pour 2016/2017, le montant annuel maximum des bourses régionales attribuées aux étudiants des IFAS d’Auvergne était de 6048 €.

 

8) Effectif rentrée 2017 :

 L’effectif d’élèves à admettre en formation complète (capacité d’accueil) est fixé par le Président du Conseil Régional sur la base du schéma régional des formations sanitaires.

Compte-tenu notamment du nombre de reports d’admission, le nombre de places offertes aux épreuves de sélection pour la rentrée de septembre 2017 est de :   

      - 26 personnes pour l’IFAS d’Aurillac

      - 15 personnes pour l’IFAS de Mauriac

       - 18 personnes pour l’IFAS de Maurs

       - 19 personnes pour l’IFAS de St Flour.

 

 9) Modalités de sélection des candidats titulaires d'un baccalauréat professionnel ASSP ou SAPAT (ou en classe de terminale ASSP ou SAPAT)

Le calendrier de la sélection (date de dépôt des dossiers, date des résultats, etc...) est le même que celui de la sélection des candidats de droit commun.

Seuls les candidtas admis au titre des dispenses de scolarité peuvent être dispensés des unités de formation prévues aux articles 18 et 19 de l'arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au DEAS.
Les candidats, lors de leur inscription, doivent choisir la modalité de sélection souhaitée, à savoir :
- soit la modalité d'admission qui leur est spécifique : dans ce cas, s'ils sont admis, ils bénéficient des dispenses de formation
- soit les épreuves de sélection prévues pour les candidats de droit commun : dans ce cas, s'ils sont admis, ils devront réaliser le cursus intégral de la formation et ne pourront pas bénéficier des dispenses de formation prévues par l'arrêté du 21 mai 2014.
L'information sur ces différentes modalités et leurs conséquences est précisée dans les dossiers d'inscription à la sélection pour qu'ils puissent se positionner.

Le nombre de places offertes selon cette modalité d’admission est au minimum de 15% de la capacité d’accueil autorisée et, sous réserve de l’agrément du Président du Conseil Régional, il est de 22 places sur le plan départemental pour la rentrée de septembre 2017, soit :

- 9 pour l'IFAS d'Aurillac
- 3 pour l'IFAS de Mauriac
- 6 pour l'IFAS de Maurs
- 4 pour l'IFAS de St Flour 

a) Conditions d'accès à la sélection (conditions d'inscription) :

- être titulaire d'un baccalauréat professionnel ASSP ou SAPAT
ou
- être en classe de terminale ASSP ou SAPAT (l'admission définitive sera alors subordonnée à l'obtention du bac)

b) Nature de la sélection :

Elles s'effectuent en 2 phases :

- 1ère phase : étude des dossiers : l'examen des différentes pièces constitutives du dossier permet de retenir les candidats qui seront convoqués à l'entretien.

- 2ème phase, pour les candidats dont le dossier a été retenu : entretien individuel d'une durée de 20 minutes maximum avec 2 membres du jury, sans temps de préparation préalable.
Dans un 1er temps, le candidat présente son parcours, puis dans un 2ème temps, le jury engage un échange avec le candidat sur la base de son dossier (stages, expérience professionnelle,...) afin d'évaluer l'intérêt du candidat pour la profession et sa motivation.
Chaque entretien est noté sur 20. Pour pouvoir être classés, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 10/20.
A l'issue de l'entretin et au vu de la note obtenue à cette épreuve, le jury établit la liste de classement en fonction du nombre de places ouvertes, cette liste comprend une liste principale et une liste complémentaire.
Les places qui ne seraient pas pourvues à l'issue de cette sélection spécifique seront reversées sur le recrutement de droit commun.

c) Conditions et modalités d'admission en formation : résultats et conditions médicales, voir paragraphe 6.

10) Modalités de sélection des candidats pouvant relever d'une dispense de formation au vu de leur diplôme initial

Le calendrier de la sélection (date de dépôt des dossiers, date des résultats, etc...) est le même que celui de la sélection des candidats de droit commun.

Seuls les candidats admis au titre des dispenses de scolarité peuvent être dispensés des unités de formation prévues aux articles 18 et 19 de l'arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant aux DEAS.
Les candidats, lors de leur inscription, doivent choisir la modalité de sélection souhaitée, à savoir :
- soit la modalité d'admission qui leur est spécifique : dans ce cas, s'ils sont admis, ils bénéficient des dispenses de formation
- soit les épreuves de sélection prévues pour les candidats de droit commun : dans ce cas, s'ils sont admis, ils devront réaliser le cursus intégral de la formation et ne pourront pas bénéficier des dispenses de formation prévues par l'arrêté du 22 octobre 2005.
L'information sur ces différentes modalités et leurs conséquences est précisée dans les dossiers d'inscription à la sélection pour qu'ils puissent se positionner.

Le nombre de places offertes selon cette modalité d’admission pour la rentrée de septembre 2017,  compte-tenu des reports d’admission notamment et sous réserve de l’agrément du Président du Conseil Régional, est de 14 sur le plan départemental, soit :

- 6 pour l'IFAS d'Aurillac
- 1 pour l'IFAS de Mauriac
- 5 pour l'IFAS de Maurs
- 2 pour l'IFAS de St Flour 

a) Conditions d'accès à la sélection (conditions d'inscription) :

- être titulaire : d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire de puériculture
  ou d'un diplôme d'ambulancier
  ou d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale
  ou d'une mention complémentaire d'aide à domicile
  ou d'un diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique
  ou d'un titre professionnel d'assitant de vie aux familles

b) Nature de la sélection :

Elle s'effectue en 2 phases :
- 1ère phase : étude des dossiers : l'examen des différentes pièces constitutives du dossier permet de retenir les candidats qui seront convoqués à l'entretien.
-2ème phase, pour les candidats dont le dossier a été retenu : entretien individuel d'une durée de 20 minutes maximum avec 2 membres du jury, sans temps de préparation préalable.
Dans un 1er temps, le candidat présente son parcours, puis dans un 2ème temps, le jury engage un échange avec le candidat sur la base de son dossier (curriculum vitae, expérience professionnelle,...) afin d'évaluer l'intérêt du candidat pour la profession et sa motivation.
Chaque entretien est noté sur 20. Pour pouvoir être classés, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 10/20.

A l'issue de l'entretien et au vu de la note obtenue à cette épreuve, le jury établit la liste de classement en fonction du nombre de places ouvertes, cette liste comprend une liste principale et une liste complémentaire.

c) Conditions et modalités d'admission en formation : résultats et conditions médicales, voir paragraphe 6. 

 

 

 

Partager cette page sur