Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Vous êtes dans : Accueil > Institut Formation Soins Infirmiers > Présentation de l'IFSI - IFAS > La formation infirmière

La formation infirmière

1) Éléments du cadre règlementaire

2) La formation

Finalités :

 La formation  conduisant au diplôme d’Etat d’infirmier vise l’acquisition de compétences pour répondre aux besoins de santé des personnes dans le cadre d’une pluriprofessionnalité.

Le référentiel de formation des infirmiers a pour objet de professionnaliser  le parcours de l’étudiant, lequel  construit progressivement  les éléments de sa compétence à travers l’acquisition de savoirs et savoir-faire, attitudes et comportements.

L’étudiant est amené à devenir un praticien autonome, responsable et réflexif,  c'est-à-dire un professionnel capable d’analyser toute situation de santé, de prendre des décisions dans les limites de son rôle et de mener des interventions seul et en équipe pluriprofessionnelle.

L’étudiant développe des ressources  en savoirs théoriques et méthodologiques, en habiletés gestuelles et en capacités relationnelles. Il établit son portefeuille de connaissances et de compétences et prépare son projet professionnel.

L’étudiant apprend à reconnaître ses émotions  et à les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose. Il se projette dans un avenir professionnel avec confiance et assurance, tout en maintenant sa capacité critique et de questionnement.

L’étudiant développe une éthique professionnelle lui permettant de prendre des décisions éclairées et d’agir avec autonomie et responsabilité dans le champ de sa fonction.

Exercés au raisonnement clinique et à la réflexion critique, les professionnels formés sont  compétents, capables d’intégrer plus rapidement de nouveaux savoirs et savent s’adapter à des situations variées.

Cf. référentiel de formation, annexe III de l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au DE d’infirmier.

Durée de la formation :

La durée de la formation est de 3 années, soit 6 semestres de 20 semaines chacun, équivalant à 4200 heures.

La répartition des enseignements est la suivante :

  • formation théorique : 2100 heures, sous la forme de cours magistraux (750 heures), travaux dirigés (1050 heures) et travail personnel guidé (300 heures) ;
  • formation clinique : 2100 heures.

Le travail personnel complémentaire est estimé à 900 heures environ, soit 300 heures par an.
L’ensemble, soit 5100 heures, constitue la charge de travail de l’étudiant.

La formation est sanctionnée par un diplôme d'Etat et un grade de licence.

3) Modes d’accès à la formation et au diplôme

Parallèlement à la formation complète  effectuée après admission aux épreuves de sélection, des dispenses de scolarité  peuvent être accordées à certains publics, dans certaines conditions :

a) Candidats justifiant de 60 crédits européens au moins d'une formation I.D.E.  :

S'ils sont admis en formation après réussite aux épreuves de sélection "droit commun" (§ 5 page 6), ils peuvent être dispensés de certaines U.E. ou semestres au regard de leur formation antérieure par le directeur de l'institut après avis du conseil pédagogique.

b) Titulaires du diplôme d’État d’aide-soignant ou d’auxiliaire de puériculture :

S’ils justifient de 3 ans d’exercice professionnel en équivalent temps plein, ils doivent se présenter à une épreuve de sélection :

  • d’une durée de 2h, notée sur 30
  • consistant en une analyse écrite de 3 situations professionnelles, chacune faisant l’objet d’une question
  • permettant d’évaluer l’aptitude à suivre la formation, notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse, et les connaissances numériques.

Les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 15 sur 30 à cette épreuve.
Le nombre total d’AS ou d’AP admis par cette voie est inclus dans le quota de l’IFSI et ne peut excéder 20 % de celui-ci (soit 17 maximum pour l’IFSI d’Aurillac).

Les AS et AP ayant réussi cette épreuve d’admission sont dispensés :

- des UE correspondant à la compétence 3 du référentiel infirmier « accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens », soit :
  • UE 2.10.S1 : « infectiologie – hygiène »
  • UE 4.1.S1 : « soins de confort et de bien-être »
  • UE 5.1.S1 : « accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens »

- du stage de 5 semaines prévu au 1er semestre.

Le temps dégagé par cette dispense de scolarité peut être consacré, après avis du conseil pédagogique, à favoriser l’adaptation de ces étudiants à la poursuite de leur parcours.
Les dates de mise à disposition des dossiers d’inscription et de clôture des inscriptions sont les mêmes que pour les épreuves de sélection mentionnées précédemment.
Les modalités d'organisation des épreuves, de classement des candidats, d’affichage et de validité des résultats l'épreuve d’admission sont les mêmes que celles des épreuves de sélection mentionnées précédemment.

c) Candidats non admis à poursuivre des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques, ou de sage-femme et ayant validé les UE de la 1ère année commune aux études de santé (PACES) :

Le nombre total de candidats admis par cette voie est inclus dans le quota de l’IFSI et ne peut excéder 10 % de celui-ci (ex : soit 8 maximum pour l’IFSI d’Aurillac). 
Ils sont dispensés des épreuves écrites d’admissibilité. 
Les candidats admis sont dispensés de 4 Unités d’Enseignement :

  . UE 1.1.S1 : « psychologie, sociologie, anthropologie »

  . UE 2.1.S1 : « biologie fondamentale »

  . UE 2.2.S1 : « cycles de la vie et grandes fonctions »

  . UE 2.11.S1 : « pharmacologie et thérapeutiques »  

Le temps dégagé par cette dispense de scolarité peut être consacré, après avis du conseil pédagogique, à favoriser l’adaptation de ces étudiants à la poursuite de leur parcours.

Ces candidats peuvent suivre, à leur demande, les 4 UE précitées.

Les modalités d’organisation des épreuves, de classement des candidats, d’affichage et de validité des résultats de l’épreuve d’admission sont les mêmes que celles des épreuves de sélection mentionnées précédemment.

 d) Personnes titulaires d’un titre ou diplôme d’infirmier obtenu en dehors de l’Union Européenne (ou de la Suisse ou d’Andorre) :

Elles doivent se présenter à des épreuves de sélection, organisées simultanément à celles du concours de droit commun et évaluées par le même jury. Ces épreuves sont au nombre de 3 :

  • une épreuve écrite d’admissibilité
  • 2 épreuves d’admission (si note de plus de 10/20 obtenue à l’épreuve écrite) : une épreuve orale (entretien) et une épreuve de mise en situation pratique (réalisation de 2 soins, en rapport avec l’exercice professionnel infirmier).

Si les conditions d’admission sont remplies (total de points au moins égal à 30 sur 60 aux 3 épreuves de sélection), le directeur de l’institut, après avis du Conseil Pédagogique, est habilité à dispenser les candidats admis de certaines UE et de stages, en fonction de leur niveau de formation initiale d’infirmier, des résultats aux épreuves de sélection, et de leur expérience professionnelle.

Le nombre total de candidats titulaires d’un diplôme d’infirmier obtenu hors UE,…, admis dans un IFSI, s'ajoute au quota d'étudiants à admettre en 1ère année, sans pouvoir excéder 2 % de ce quota, soit 2 maximum pour l'IFSI d'Aurillac.

e) Sages-femmes / professionnels titulaires d'une autorisation d'exercer la profession d'infirmier :

Ils sont autorisés à se présenter au jury du diplôme d’État d’infirmier s'ils remplissent les conditions suivantes :

  1. Etre titulaire du diplôme d’État français de sage-femme ou d’un diplôme admis pour l’exercice de la profession en France ou autorisées à exercer la profession de sage-femme en France, ou être titulaires d'une autorisation d'exercer la profession d'infirmier définitivement ou en qualité d'auxiliaire polyvalent ;
  2. Avoir exercé leur profession depuis au minimum deux ans à la date du dépôt de leur dossier dans un institut de formation en soins infirmiers ;
  3. Avoir réalisé et validé un travail écrit et personnel de 15 à 20 pages soit environ 50000 lignes, centré sur une problématique propre à la profession d’infirmier ;
  4. Avoir réalisé un stage à temps complet d'une durée de 5 semaines permettant la validation de l’acquisition des compétences 1 et 4 du référentiel infirmier.

f) Médecins :

Ils sont autorisés à se présenter au jury du diplôme d’État d’infirmier s’ils remplissent les conditions suivantes :

  1. Etre titulaire d’un diplôme d’État de docteur en médecine ou d’un diplôme, certificat ou autre titre permettant l’exercice de la médecine dans leur pays d’origine ;
  2. Avoir réalisé et validé les unités d’enseignement UE 3.1.S1 et UE 3.1.S2 « Raisonnement et démarche clinique infirmière » ;
  3. Avoir réalisé un stage à temps complet de soins infirmiers d'une durée de 10 semaines permettant la validation des compétences 1, 2, 4 et 9 du référentiel infirmier ;
  4. Avoir réalisé et validé un travail écrit et personnel de 15 à 20 pages, soit 50 000 lignes environ, centré sur une problématique propre à la profession d’infirmier.

g) Ét udiants en médecine :

Ils sont autorisés à se présenter au jury du diplôme d’État d’infirmier s’ils remplissent les conditions suivantes :

  1. Avoir validé la deuxième année du deuxième cycle des études médicales
  2. Avoir réalisé et validé les unités d’enseignement UE 3.1.S1 et UE 3.1.S2 « Raisonnement et démarche clinique infirmière » ;
  3. Avoir réalisé deux stages à temps complet de soins infirmiers d'une durée totale de 15 semaines permettant la validation des compétences 1, 2, 4 et 9 du référentiel infirmier ;
  4. Avoir réalisé et validé un travail écrit et personnel de 15 à 20 pages, soit 50 000 lignes environ, centré sur une problématique propre à la profession d’infirmier.

h) Professionnels paramédicaux / étudiants sages-femmes ou en médecine :

Bénéficient d'une dispense de la première année d'études d'infirmier dans l'institut de formation en soins infirmiers de leur choix, les personnes remplissant les conditions suivantes :

  1. Etre titulaire d’un diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute ou d'ergothérapeute ou de pédicure-podologue ou de manipulateur d'électroradiologie médicale ou du diplôme d'assistant hospitalier des hospices civils de Lyon ou, pour les étudiants en médecine, pouvoir justifier de leur admission en deuxième année du deuxième cycle des études médicales ou, pour les étudiants sages-femmes, avoir validé la première année de la première phase ;
  2. Avoir passé avec succès une épreuve écrite et anonyme consistant en un multiquestionnaire portant sur chacune des unités d’enseignement de la 1ère année.

Pour être admis en deuxième année, les candidats concernés doivent obtenir une note au moins égale à 10 sur 20 à cette épreuve.

i) Titulaires d'un diplôme d'infirmier délivré par un Etat membre de l'Union Européenne dans lequel la formation n'est pas règlementée ou présente des différences susbtantielles avec la formation au diplôme d' Etat Français d'infirmier :

Ils sont dispensés des épreuves de sélection. La dispense d'une partie des U.E. ou de plusieurs semestres peut être accordée par le directeur de l'institut après avis du conseil pédagogique, sur la base d'une comparaison entre la formation suivie par les candidats et les U.E. du diplôme d'Etat d'infirmier.

4) Conditions d’accès aux épreuves de sélection

Cf. arrêté du 31 juillet 2009 modifié précité.
a) Conditions d’inscription :

  • être âgé de 17 ans au moins au 31 décembre de l’année des épreuves de sélection et
  • être titulaire : du baccalauréat français, d'un titre ou diplôme étranger permettant d'accéder directement à des études universitaires dans le pays où il a été obtenu ou de l'un des titres admis en dispense du baccalauréat français (arrêté du 25 août 1969 modifié) ou d'un titre homologué au minimum au niveau IV ou du diplôme d'accès aux études universitaires ou
  • avoir satisfait à un examen spécial d’entrée à l’université ou
  • être en classe de terminale (l’admission sera alors subordonnée à l’obtention du bac) ou
  • être titulaire d’un DEAMP et justifier de 3 ans d’exercice professionnel à la date de début des épreuves ou
  • avoir été retenu par le jury régional de présélection (dans les 2 années précédentes) ou
  • justifier à la date du début des épreuves d’une activité professionnelle ayant donné lieu à cotisation à un régime de protection sociale, de 3 ans pour les personnes issues du secteur sanitaire et médico-social (autres que les titulaires du DEAS, DEAP et DEAMP), et de 5 ans pour les autres candidats, et  être retenu par le jury régional de présélection (dossier spécifique auprès de l'ARS, procédure de présélection comprenant une épreuve sur dossier et une épreuve écrite de français (résumé de texte)), qui aura lieu mardi 10 janvier 2017 à Lyon.

Par ailleurs, les candidats français âgés de moins de 25 ans doivent justifier de leur situation au regard de leurs obligations de recensement et de participation à la journée d’appel de préparation à la défense pour être autorisés à s’inscrire au concours (cf. loi du 28 octobre 1997 portant réforme du service national).

5) Nature des épreuves de sélection

Elles sont au nombre de trois :

  • deux épreuves d'admissibilité
  • une épreuve d'admission.

Les épreuves d'admissibilité comprennent :

  • une épreuve écrite  :

Elle consiste en un travail écrit anonyme, d’une durée de 2 heures, notée sur 20 points.
Elle comporte l’étude d’un texte comprenant 3000 à 6000 lignes, relatif à l’actualité dans le domaine sanitaire et social. Le texte est suivi de trois questions permettant au candidat de présenter le sujet et les principaux éléments du contenu, de situer la problématique dans le contexte, d’en commenter les éléments notamment chiffrés et de donner un avis argumenté sur le sujet.

Cette épreuve permet d’évaluer les capacités de compréhension, d’analyse, de synthèse, d’argumentation et d’écriture  des candidats.

  • une épreuve de tests d’aptitude  :

Cette épreuve, écrite et anonyme, d’une durée de 2 heures et notée sur 20 points, a pour objet d'évaluer :

  • les capacités de raisonnement logique et analogique, d’abstraction, de concentration, de résolution de problème
  • et les aptitudes numériques.

Pour être admissible, le candidat doit obtenir un total de points au moins égal à 20 sur 40 aux deux épreuves. Une note inférieure à 8 sur 20 à l'une de ces épreuves est éliminatoire.

Les candidats déclarés admissibles par le jury sont autorisés à se présenter à une épreuve d'admission, qui consiste en un entretien  avec trois personnes, membres du jury.

Cet entretien, relatif à un thème sanitaire et social, est destiné à apprécier l’aptitude du candidat à suivre la formation, ses motivations, et son projet professionnel.
L’épreuve, d’une durée de 30 minutes au maximum et notée sur 20 points, consiste en un exposé suivi d’une discussion.

Pour pouvoir être admis, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 10 sur 20 à l'entretien.

6) Conditions et modalités d’admission en formation

a) Résultats des épreuves :

Au vu des notes obtenues aux 3 épreuves de sélection, la liste de classement est établie : elle comprend une liste principale et une liste complémentaire.

Les résultats sont affichés au siège de l'Institut. Tous les candidats sont personnellement informés de leurs résultats.

Si dans les 10 jours suivant l'affichage le candidat n'a pas donné son accord écrit , il est présumé avoir renoncé à son admission et sa place est proposée au candidat inscrit en rang utile sur la liste complémentaire.

Les candidats qui ont accepté leur affectation dans un institut ont un délai de quatre jours  ouvrés à compter de leur acceptation pour s'inscrire  dans l'Institut concerné et acquitter les droits d'inscription. Passé ce délai, ils sont réputés avoir renoncé au bénéfice des épreuves de sélection.

NB : Dès l’affichage des résultats du baccalauréat , les candidats disposent de 4 jours pour nous adresser une attestation de réussite à cet examen ou nous faire part de leur échec.

Par ailleurs, lorsque dans un IFSI la liste complémentaire n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des places offertes, le directeur peut faire appel à des candidats inscrits sur la liste complémentaire d’autres IFSI et restés sans affectation.

b) Conditions médicales :

Si aucun certificat médical n'est demandé au candidat avant son admission, il doit toutefois s'assurer , avant le concours, qu'il ne se pose aucun problème d'ordre médical susceptible d'empêcher son admission en cas de succès.

L’admission définitive  dans un I.F.S.I. est subordonnée :

  • à la production, au plus tard le premier jour de la rentrée, d’un certificat établi par un médecin agréé (qui doit être différent du médecin traitant) attestant que l’étudiant ne présente pas de contre-indication physique et psychologique à l’exercice de la profession,
  • à la production, au plus tard le jour de la 1ère entrée en stage,  d’un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France (c’est-à-dire vaccinations anti-diphtérique, anti-tétanique, anti-poliomyélitique, contre l’hépatite B, et anti-tuberculeuse, cf. articles L 3111-4 et R 3112-1 du Code de la Santé Publique et arrêté du 2 août 2013).

7) Quelques pré-requis pour « bien réussir » sa formation

  • Capacités de prise de notes, d’observation, d’analyse, de synthèse…
  • Bon niveau général en vocabulaire, orthographe, expression écrite, raisonnement mathématique, calcul, logique…
  • Ouverture d’esprit, dynamisme, capacités de remise en question…
  • Bon sens
  • Qualités relationnelles, sens du contact, écoute…
  • Posséder un certain niveau de réflexion, savoir se positionner…
  • Savoir faire preuve de rigueur
  • Sens de l’effort
  • Sens des responsabilités

8) Coût de la formation, aides financières

a) Coût de la formation :

Il est rappelé que le coût de la formation est pris en charge par le Conseil Régional, pour les jeunes en poursuite d'études et les personnes sans emploi, dans le cadre de la subvention de fonctionnement attribuée à l'IFSI.

Pour les étudiants qui bénéficient d'un contrat de travail, la formation est payante : 7200 euros pour une formation complète sur l'année scolaire 2017/2018. Les dispostifs règlementaires de formation continue "plan de formation, CFP, CIF, promotion professionnelle, ...) peuvent bien entendu être sollicités pour la prise en charge de ce coût.

Droits annuels d’inscription universitaire :  à titre indicatif, ils s'élèvent à 184 €  pour l'année scolaire 2016/2017. Les étudiants boursiers en sont exemptés.

Bourse régionale d’études :

Son obtention, décidée par le Président du Conseil régional après instruction du dossier de demande par ses services, est soumise à des conditions de statut et de ressources.

Sont exclus des bourses : les salariés ou demandeurs d'emploi percevant une allocation.

A titre indicatif pour 2016/2017, le montant annuel maximum des bourses régionales attribuées aux étudiants des IFSI d'Auvergne était de 6048 €.

 

9) Effectif rentrée 2017 :

Pour la rentrée de septembre 2017, le quota n’est pas encore connu de façon officielle, mais il était de 85 pour celle de septembre 2016 à l’IFSI d’Aurillac (dont 17 places réservées aux personnes titulaires d’un DEAS ou d’un DEAP et justifiant de plus de 3 ans d’exercice professionnel, et 8 places réservées aux candidats « PACES », sachant que si ces places ne sont pas pourvues, elles sont reversées sur le recrutement de « droit commun »).

Compte-tenu de ces chiffres et du nombre de reports d’admission, le nombre de places offertes aux épreuves de sélection 2017 pour les candidats dits « de droit commun » est de 59 pour la rentrée de septembre 2017.

Partager cette page sur