Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Centre Hospitalier Henri Mondor d'Aurillac

Vous êtes dans : Accueil > Patients et publics > Présentation des services > Pôle imagerie médicale > Imagerie médicale IRM, Scanner

Imagerie médicale IRM, Scanner

Mission de soin

Le Pôle d’Imagerie Médicale du Centre Hospitalier a pour mission d’exécuter, dans le respect des règles de bonnes pratiques, des actes d’imagerie médicale aux patients qui lui sont adressés. Ces patients sont pris en charge, aussi bien dans le cadre de leur hospitalisation, que dans celui d’une consultation externe, que dans celui de l’urgence.

Les médecins radiologues :

Médecins spécialistes en imagerie médicale. Ils donnent les consignes à suivre pour le déroulement des examens, les surveillent et les interprètent. Ils exécutent certains examens, telles les explorations vasculaires, arthrographies.

Personnel diplômé d’état, titulaire du certificat cadre ; il est responsable, entre autre, de l’organisation des soins et de la gestion du personnel.

Les manipulateurs en électroradiologie médicale (MERM) :

Personnel diplômé : DE (Diplôme d’Etat), BTS (Brevet de Technicien Supérieur), DTS (Diplôme de Technicien supérieur). Ces diplômes sont obtenus, après examen, au bout de 3 années de formation spécifique à l’imagerie médicale. Ils appliquent les consignes données, pratiquent l’examen, s’assurent de sa qualité pour que le médecin puisse interpréter l’examen dans les meilleures conditions possibles.

L’aide-radio :

Personnel technique formé à l’aide aux patients et à la maintenance du matériel en imagerie. Il assiste les MERM dans leur travail.

Les secrétaires :

Elles accueillent les patients et leur famille, gèrent les rendez-vous, tapent les comptes-rendus, etc.

Les ASH :

Ils assurent l’entretien des locaux.

Les brancardiers :

Ils ont en charge le transport des patients et aident à leur installation.

Le régulateur assure la programmation et la répartition du travail quotidien concernant le transport des patients hospitalisés.

Techniques et matériel utilisés dans le département

La radiologie conventionnelle numérisée :

C'est l'utilisation classique des rayons X. Pour la numérisation, la récupération du signal ou de l'image s'effectue selon 2 protocoles :

  • Le premier se définit comme la numérisation directe. Ce processus utilise les rayons, un amplificateur de brillance relié à un reprographe.
  • Le second étant un système plaque (cassette), un lecteur lit les plaques (capteurs ou scintillateurs) et numérise l'image et la reprographie. Pour ce type d'imagerie, le pôle d'imagerie dispose :
    • d’une salle d’angiographie,
    • d’une salle télécommandée,
    • d'une salle de radiologie conventionnelle (os, poumons),
    • d'un orthopantomogramme (panoramique dentaire),
    • de trois appareils mobiles.

Tous ces appareils sont reliés en réseau à un système de développement. Ces techniques utilisées dans la plupart des examens d'imagerie permettent de travailler les images et de diminuer l'irradiation.

Seule la mammographie n'est pas numérisée.

Le centre hospitalier dispose de 2 scanners :

Le Toshiba Aquilion One Genesis Edition

Le premier scanner volumique dynamique au monde à large détecteur, le Toshiba Aquilion One Genesis Edition, en service à l’Hôpital d’Aurillac à partir du 03 Août 2017.

Cette avancée technologique permet à l’Hôpital d’Aurillac d'améliorer la qualité de la prise en charge de ses patients en Imagerie Médicale.

Cette nouvelle génération de Scanner offre une amélioration considérable de la précision diagnostique dans toutes les indications actuelles, grâce à une nouvelle chaine d’acquisition Pure Vision Optics, ouvrant la voie à de nouvelles applications, comme l’imagerie fonctionnelle et dynamique.

Cette nouvelle chaine d’acquisition totalement repensée, de la génération de photons à la détection en passant par la distribution, offre un meilleur équilibre entre qualité d’image et dose, pour chaque patient. Un dose diminuée de moitie grâce aux nouveaux calculs et  systèmes itératifs.

Une seule rotation.

Grâce à une couverture de 160 mm, il n’est plus nécessaire d’effectuer des acquisitions hélicoïdales pour examiner le cœur, le cerveau ou d’autres organes, réduisant le temps d’acquisition du cœur, par exemple, à 0,35 secondes contre 5 secondes pour un scanner conventionnel.

Une seule phase.

Le cœur entier peut être acquis en une seule rotation, et dans une même phase, avec la possibilité d’examiner des patients présentant une arythmie. Chaque acquisition permet l’obtention d’images nettes des artères coronaires, avec un rehaussement homogène du contraste.

 

Un seul volume.

La capacité d’acquisition d’organes complets sans mouvement hélicoïdal ouvre la voie à de nouvelles possibilités de diagnostic. Par exemple, le protocole volumique Neuro ONE permet l’obtention d’images natives d’un cerveau entier avec plusieurs acquisitions volumiques à faible dose rehaussées d’un produit de contraste, offrant à la fois une information anatomique mais également fonctionnelle, pouvant mettre en évidence une ischémie ou permettant de réaliser un bilan complet d’accident vasculaire cérébral aigu en 5 minutes.

Les protocoles d’acquisition volumétrique dynamique sont également utilisés pour examiner les structure articulaires mobiles en 3D, ainsi que le flux sanguin ou le débit d’air en dynamique.

Un confort patient amélioré.

L’Aquilion One Genesis Edition présente un tunnel et un lit d’examen plus larges, améliorant le confort des patients, et offrant la possibilité de prendre en charge les patients présentant un poids jusqu’à 300 KG.

 

Le scanner « Aquilion Cx Toshiba »

Il est le dernier né des scanners de nouvelle génération à la technique hélicoïdale.

Ce type de scanner permet l’acquisition de 128 coupes par rotation grâce à son détecteur 64 barrettes couplé à un algorithme 3D inédit appelé « Cone Exact », et à sa vitesse de rotation de 0,4 secondes.

Grâce à cette nouvelle génération de scanner, l’acquisition de coupes fines de l’ordre de 0,25 mm  est possible, elles facilitent ainsi l’accès à des structures de taille réduite. Elles favorisent également l’exploration du système cardio vasculaire, par l’obtention d’images des coronaires d’excellente qualité.

Le développement des nouveaux détecteurs et algorithmes (boost 3D, quantum filter) de reconstructions d’images permet d’obtenir la qualité image, de diminuer et minimiser la dose et d’offrir aux patients un meilleur confort lors de l’examen scanographique.

En outre, ce nouveau scanner est équipé d’une modalité appelée « fluoroscopie »  qui permet d’acquérir en temps réel des images dynamiques des structures. Cette technique est utilisée en temps réel pour le suivi d’intervention (biopsie, pose de drain, …).

Le diagnostic de l’examen est réalisé dans un volume, de ce fait, la visualisation des images en trois dimensions est obtenue très rapidement (0,06 secondes).

Afin de garantir une qualité de prise en charge optimale au patient, un serveur d’application est connecté au scanner Toshiba « Aquilion Cx ».
Ce logiciel appelé « Vital Connect » est une solution logicielle de stockage, de diffusion et de post traitement de l’ensemble des modalités du plateau technique.
Il permet aux radiologues d’accéder aux outils de post traitement les plus puissants sans avoir à s’équiper de stations dédiées, et de « voyager » ainsi virtuellement à l’intérieur du corps humain comme une caméra pourrait le faire.

Enfin, cette solution est un véritable vecteur de communication, elle possède des outils de conférence  permettant aux radiologues et aux prescripteurs des sessions de travail à distance sur des dossiers communs (RCP, …).

Visionner la vue 3D du scanner

La mammographie :

Actuellement, les vacations mammographiques sont réalisées les mardis et le jeudis après-midis

Le pôle imagerie est agréé pour le dépistage organisé « ARDOC ».

La radioprotection :

Le service d'Imagerie s'est fortement impliqué pour la radioprotection des patients et des travailleurs. En effet, nous avons procédé à la mise en application des décrets du 24 et 31 mars 2003 relatifs, respectivement à la protection des patients et à la protection des travailleurs. A cette fin, trois grands principes ont été retenus : la justification, l'optimisation et la limitation de dose. En effet, une cellule de radioprotection a été créée. Elle est constituée par une équipe pluridisciplinaire (chirurgiens, cardiologues, médecins du travail, ingénieurs bio médicaux, CHSCT, manipulateurs).

L’échographie :

Utilisation des ultra-sons.
Cette technique est utilisable pour la plupart des organes du corps humain. Le Pôle est doté d’un échographe Siemens.
Cet appareil peut être utilisé pour la réalisation d’écho Doppler. (cf. suite)

L’IRM :

Cette technique utilise un champ magnétique et des ondes de radiofréquences dont l’action combinée va agir sur les protons d’hydrogène.

Ces protons d’hydrogène sont massivement présents dans l’eau qui constitue 70% du corps humain.

Cette technique est surtout utilisée dans l’étude des organes ayant une forte concentration en eau. Il est toutefois impératif de s’assurer que le patient n’a pas de contre-indications formelles à la réalisation de l’examen.

Le Pôle est doté d’une IRM de 1,5 Tesla : L’Avanto, de marque Siemens (gamme Magnetom), elle permet la réalisation de tous les examens pouvant être prescrits en IRM.
Toutefois, ses capacités techniques lui permettent d’être particulièrement performante en cardiologie et en neurologie.

L’osteodensitomètre :

Cet examen aussi indolore qu’une radiographie standard sert à mesurer la densité osseuse (facteur déterminant de la solidité des os), et à estimer le risque de fracture qui permettra d’établir le diagnostic précoce de l’ostéoporose.

L’ostéodensitomètre émet un faisceau à rayon X. La différence obtenue entre la quantité émise de rayon X et celle obtenue par l’appareil permet de savoir ce qui a été absorbé par l’os et donc d’évaluer la densité.

L’ostéodensitomètre est doté d’un faisceau en éventail étroit (16 multidétecteurs) couplé à une technologie numérique. Ce système contrairement à l’ancien système faisceau en éventail large permet de balayer de manière plus rapide l’ensemble des zones d’intérêts sans compromettre la précision ou la sécurité et élimine les effets de distorsion.

Les mesures sont effectuées aux sites habituels de fracture, col du fémur, vertèbres lombaires ou poignets.
Les résultats obtenus sont comparés à des courbes de référence établies pour chaque site en fonction de l’âge et du sexe du patient.

Le contrôle qualité :

Le contrôle de qualité interne des installations de radiodiagnostic (décret du 20.11.1986) a été mis en œuvre. Il est réalisé par l’aide manipulateur ou les manipulateurs.

Les installations de radiodiagnostic concernées sont les dispositifs de mammographie et d’ostéodensitométrie.

Le contrôle qualité scanographique est réalisé par un prestataire externe.

L’archivage :

En ce qui concerne l’imagerie en coupes (scanner et IRM), les examens sont gravés sur CD et DVD. Les films subsistent pour la radiologie conventionnelle et l’échographie.

La télétransmission :

Toutes ces modalités sont reliées à un serveur ou plate forme (START) qui permet la transmission des images au domicile du radiologue de garde ou dans le service d'imagerie.

En outre, le Centre Hospitalier de Saint-Flour est relié à ce serveur pour réaliser les gardes communes et partager les compétences.

Les objectifs de la télétransmission sont très différents car ils permettent l'échange des données entre les hôpitaux, le transfert d'examen sur demande, jusqu'à l'expertise (neuroradiologique) et l'organisation d'astreintes en radiologie dans le département. Il s'agit de la première installation en France (site de référence).

Partager cette page sur